• Andantino de la sonate D.959 de Schubert. Alfred Brendel au piano.

    L'Histoire est formelle: c'est Robert Schumann qui découvrit Schubert, et son épouse Clara qui contribua largement à le faire connaître. Robert en parle dès 1835 "Nous, qui le connaissons depuis des années..."...

    Quant à Clara Wieck-Schumann, une proportion très grande des oeuvres qu'elle joue, de Paris à Saint-Péterbourg, de Vienne à Londres, sont celles de Bach, de Beethoven, de mari Schumann, de Brahms, et de Schubert...

    Plus près de nous, il est un interprête qui prend Schubert au sérieux, c'est Alfred Brendel. Ecoutez pour vous en convaincre n'importe quelle interprétation du quintette pour piano, l'une sans Brendel, l'autre avec... Pas de commentaire.

    Concernant cet andantino que je mets en ligne, surveillez le compteur. Vers 3,10, Schubert part en live, dirait ma nièce, et nous emmène vers le sublime.

    Moi, pauvre incroyant, j'ai souvent dit que ce genre de musique pourrait m'inciter à la foi.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    PMB
    Vendredi 13 Mars 2009 à 14:06
    Ah Schubert !

    Ah la Truite !

    Ah Francis Blanche ! Et les Frères Jacques, donc !

    (Ne dites rien à Alice : elle me trouverait encore moins drôle !)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :