• La Seconde symphonie... Otto Klemperer au pupitre...

    Quand j'évoque cette symphonie avec une majuscule à "Seconde", il s'agit toujours, chez moi, de celle de Robert Schumann. 

    Si je ne l'ai pas écoutée 3000 fois dont le tiers en m'efforçant de suivre la partition, parfois 5 fois par jour, jusqu'à en être obsédé, je ne l'ai pas écoutée une seule fois... ou alors plus de 3000 fois. C'est une oeuvre que je considère parfaite, et qui atteint le sommet du tragique - à l’exception du troisième mouvement qui est un moment de tranquillité, non sans une coloration de renoncement. 

    C'est l'époque, pour Robert Schumann, où il sent qu'il commence à décrocher et à perdre la raison, comme il l'évoque dans son journal, prémonitoire, dès ses vingt ans.

    Pour moi - mais j'ai été rassuré de trouver la même analyse chez Rémy Stricker ("Robert Schumann, le musicien et la folie, in Gallimard, 1996") - cette symphonie tourne autour de trois pôles qui s'entremêlent: son amour pour Clara née Wieck, son épouse, la folie qui l'envahie et la mort qui le guette. 

    Tous ceux qui ont lu une de ces notices souvent fades qui présentent l'oeuvre connaissent cet extrait de la lettre qu'il envoie à Son ami Félix Mendelssohn au moment où il la conçoit: "Depuis quelque temps, je suis obsédé par l'accord en ut et en sol des trompettes et des clarinettes. Je ne sais vraiment pas ce qu'il va en sortir..."

    Cet accord se retrouve partout dans ce monument sauf... Dans le troisième mouvement... 

    Sachant qu'Otto Klemperer dirigeait souvent avec un tempo très lent, j'ai cherché sur Youtube s'il n'y avait pas cette symphonie avec lui comme chef d'orchestre. Bonne pioche! Je ne serais pas surpris que Raphael Kubelik se soit inspiré de cette magnifique interprétation... Pas une seule faute de gout, pas un seul assassinat d'une nuance essentielle à l'oeuvre. 

     


  • Commentaires

    1
    fatimatargino
    Samedi 19 Avril 2014 à 09:11

    Obrigada, quando escuto os pássaros cantando, penso que os instrumentos são  as vozes dos pássaros construída pela inteligência humana, gosto de vozes, mas às vezes só o silêncio(sem vozes)  do som dos instrumentos é perfeito.Merci!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :