• Mozart, concerto du couronnement (n°26)


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mercredi 9 Mai 2012 à 14:42

    Glenn Gould affirme que Mozart perd de son don dans ses œuvres pour piano tardives*, une fois qu’il a découvert son génie créateur pour l’opéra. « Trop viennois et sucré ».


    Je suis assez d’accord, je préfère ce concerto :


    http://www.youtube.com/watch?v=RA7wxj5cw2o&feature=relmfu


    Maintenant, il est vrai que le concerto du couronnement s’impose pour Fanfan Président !


    *A propos des sonates : « Chez Mozart, l’idée selon laquelle une sonate commence dans un tempo solide, droit, avec une pulsation stable, puis se continue dans une atmosphère plus tranquille, viennoise et sucrée, puis revient un instant au mouvement initial immédiatement avant la double barre, puis enchaine avec un pont et ainsi de suite, cette idée est à mon sens complètement imbécile. Elle n’est pas dictée par la musique, elle n’est pas, tout simplement. »


    On DOIT se pâmer devant Mozart, et bien, Glenn Gould, non !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :